• Les cheminots dans la Résistance
Les cheminots dans la Résistance

Les cheminots dans la Résistance

Les Cheminots dans la Résistance dont le titre original était Les Cheminots dans la Bataille du Rail est l'ouvre ultime de l'historien de la Résistance Maurice Choury mort le 7 ?novembre 1969, moins de deux heures après avoir achevé le manuscrit. Basé essentiellement sur les témoignages directs des survivants de la Résistance Cheminots recueillis par l'Union des Résistants de l'ANCAC, l'ouvrage donne la parole aux patriotes de la base. Il montre les différentes formes de résistance, le travail dangereux des passeurs, la collecte d'informations avec le renseignement, l'efficacité des saboteurs et les techniques de sabotage. Le livre montre comment les cheminots noyautèrent les syndicats vichystes pour en faire une arme contre l'Occupant en combinant travail légal et action clandestine et en déclenchant des grèves revendicatives et patriotiques qui désorganisèrent les transports ennemis. Maurice Choury révèle comment fut organisée la grève du 10?août 1944 qui prit très rapidement un caractère insurrectionnel et fut décisive à la fois pour la libération de Paris et pour celle de tout le territoire. Dans ce combat ininterrompu de cinq longues années, les cheminots ont payé un lourd tribut?: 730 morts à l'ennemi, 640 décès en service armé en 1939-1940, 819 fusillés et plus de 1?200 victimes des camps de concentration durant l'Occupation. À ceux-là le livre de Maurice Choury dresse un monument impérissable. Les Cheminots dans la Résistance, c'est l'hommage rendu à une corporation qui a su, dans les temps de malheur, faire preuve d'un ardent patriotisme et consentir de douloureux sacrifices, c'est aussi une contribution à l'Histoire de la Résistance et de la Libération que voudront lire tous ceux que passionne cette extraordinaire épopée. Maurice Choury, artisan de la libération de la Corse - Né à Nanterre le 16 janvier 1912, avant dernier des cinq enfants d'Ernest Choury, ouvrier de l'aéronautique et d'Isaline Rocart, couturière. Élève brillant à l'école de Bougival, il est reçu premier pour l'Île de France au brevet élémentaire. Le gouvernement propose de lui attribuer une bourse pour poursuivre ses études. Il refuse, souhaitant entrer dans la vie active comme ses frères aînés et remplit alors divers emplois dans le bâtiment et la métallurgie. Dans le contexte délétère du début des années 1930 où fleurissent les ligues et mouvements d'extrême droite, où la répression se durcit et la politique extérieure penche avec Pierre Laval du côté de l'Italie fasciste et de l'Allemagne dirigée par Hitler depuis le 30 janvier 1933, Maurice Choury va s'engager résolument dans le camp de l'antifascisme. A 21 ans il adhère au parti communiste et en 1934, jeune responsable politique, il met sa plume au service de son idéal, et devient en 1934, rédacteur en chef du journal des jeunesses communistes « l'Avant Garde ». Il ne cessera dès lors, entre les rêves de paix et la nécessité d'agir, qui caractérisaient si puissamment l'époque, d'affirmer son idéal d'humaniste, de prendre position, de s'engager dans l'action. Mobilisé en 1939, il est envoyé sur le front où il sera fait prisonnier. Libéré en 1940 au titre du corps sanitaire il entre dans la résistance à Paris, puis à Marseille au cours de l'année 1941. En 1942, il rejoint à Ajaccio sa femme Emma qui avait regagné la Corse auprès de ses parents en 1940. En 1942, il gagne la Corse, sa terre d'adoption depuis son mariage avec Emma Perini, dont la sour Vincentella a pris le nom de Danielle Casanova. Avec son audace, son savoir faire et sa compétence politique il a alors un rôle décisif pour la libération de l'île. Lieutenant-colonel FFI, il refuse en juillet?1944 un poste de préfet sur le continent et s'engage dans l'armée. Démobilisé, il redevient journaliste à Bordeaux, puis à Paris où il créera L'Humanité Dimanche. En 1955, il rend hommage à ses camarades de combat en écrivant "Tous Bandits d'Honneur", qui sera l'ouvrage de référence sur l'histoire de l'occupation et de la libération de la Corse. Homme de culture et d'engagement, il consacre plusieurs livres à la Commune de Paris, aux grognards, aux Cheminots résistants, à Courbet, à Rimbaud. Il succombe à une crise cardiaque au cours d'une conférence qu'il donne à la Maison des Jeunes d'Ivry le 7?novembre 1969, avant de pouvoir réaliser son rêve de revenir s'installer à Ajaccio jouir de cette Corse qu'il a si passionnément aimée. Voir la suite

  • 1094787183

  • Metvox Publication