• J'aimais mieux quand c'était toi
J'aimais mieux quand c'était toi

J'aimais mieux quand c'était toi

« Aller vers cet homme ça n'était pas chercher le sens de la vie. Mais vivre l'état extrême de la vie. Et oublier tout c e que je savais. Tout ce que nous savions tous deux, à nos âges. Ce que nous avions accumulé de désillusions, d'appréhensions et de faillites. Le besoin de se rejoindre plus fort que tout. » Nelly a 47 ans et vit à Paris avec ses deux enfants. Elle est comédienne de théâtre. Un soir, quand débute la représentation, elle reconnaît dans le public l’homme qui l’a quittée quelques mois auparavant, qu’elle aime toujours, et dont elle a refoulé jusqu’au nom. Elle se retrouve à nouveau prise dans les tumultes de la passion. Véronique Olmi sait mettre les mots justes sur les sentiments forts et décrire ces instants où toute une vie peut basculer. Sylvie Metzelard, Marie France. Il y a un souffle jurassien dans ce livre bref et puissant. Karine Tuil, Elle. Vertigineux de maîtrise et de tension narrative. Jean-Christophe Buisson, Le Figaro Magazine. Voir la suite

  • 2253068640

  • Lgf

  • Littérature, numéro 34259

  • Littérature, numéro 34259